flag Aucun pays / langue sélectionné (changer) separateur
 

GESTION D’OUTILS SUR CHANTIER POUR COLLIGNON ENG.

ETILUX DÉVELOPPE LA SOLUTION DE GESTION Drsquo;OUTILS SUR CHANTIER POUR COLLIGNON ENG.


Comme beaucoup d’entreprises, Collignon Eng. dispose d’un éventail d’outils dispersés sur de nombreux chantiers. « Il était très difficile de gérer correctement nos 5.000 outils empruntés par nos 260 ouvriers, sans compter les sous-traitants » indique Michael Ghyse, responsable achats et logistique. « Ce matériel représente un capital d’un million d’euros : il est donc essentiel d’avoir une vue claire sur son utilisation, sa localisation et son entretien. »



Un problème de gestion du parc d’outillage


L’entreprise Collignon Eng., faisant partie du groupe Eiffage, est spécialisée dans les installations électriques, électromécaniques et industrielles. Basée à Erezée, cette société fondée en 1948 atteint un chiffre d’affaires annuel de 45 millions d’euros et compte plus de 360 travailleurs.

La gestion de son parc d’outillage est une préoccupation de longue date. « Nous avons enfin trouvé la solution grâce aux équipements et au savoir-faire d’Etilux » se réjouit M. Ghyse. Collignon Eng. est actif en permanence sur une quarantaine de chantiers en Belgique. « Les outils ne reviennent pas à un stock central, mais passent d’un endroit à l’autre, d’un homme à l’autre. »

Il était donc impératif d’avoir un inventaire précis, facile d’utilisation, avec des vues personnalisables. Un des objectifs est de pouvoir transférer rapidement un outil à un titulaire, une business unit, un lieu, tout en assurant une traçabilité.



La solution : Un marquage efficace des outils, une lecture facile par RFID et un logiciel performant de traçabilité

Etilux a proposé une solution RFID couplée au logiciel de gestion de biens et de mobilier « Seriane ». « Nous sommes notamment spécialisés dans le marquage des produits » souligne Sam Scheunis, Manager du département identification, étiquetage et marquage chez Etilux. « Concrètement, chaque outil est équipé d’un étiquette RFID fixé par collage, anneau ou visse. » Ces tags peuvent être lus à distance par un scanner sans devoir pointer précisément sur chaque objet comme pour un code-barres ou un code QR.

En pratique, Collignon Eng. a (formé) une personne qui se rend deux jours par semaine sur les chantiers. « Avec son scanner, précise M. Ghyse, elle circule sur le site sans déranger les travailleurs et dispose rapidement de l’inventaire des outils sur place. Le relevé des outils est automatique et le système permet aussi d’identifier les outils nécessitant un contrôle ou une opération de maintenance. » Le reporting garantit la traçabilité de chaque pièce.


Système rentabilisé et personnel responsabilisé


Après pratiquement deux années, le bilan est positif. « Le système fonctionne et l’investissement a été totalement rentabilisé, même si je pensais que ce serait encore plus rapide » constate M.Ghyse. Il est vrai qu’il a fallu tagger tous les outils.

Le personnel est aussi responsabilisé. « Chaque travailleur signe un document produit par le système et mentionnant les outils qu’il emprunte ; il est ainsi sensibilisé au matériel reçu. L’accueil est globalement positif : l’ouvrier est content d’avoir, dans les temps, des outils qui fonctionnent bien. »

Le nombre de perte d’outils a chuté et le matériel est mieux entretenu. « Dorénavant, on ne rate plus un contrôle de sécurité ou un entretien puisque le logiciel assure un suivi dans ce domaine-là aussi. »

Une anecdote éclairante


Et Michael Ghyse de terminer par une anecdote, illustrant un petit bonus apporté par le système d’Etilux. « Nous étions présents sur un gros chantier en cours d’achèvement, avec beaucoup d’autres entreprises venues d’horizons divers. Nous avions constaté la disparition de nombreux outils. Nous avons fait le tour des différents responsables de sociétés sur le chantier en montrant les tags sur nos outils. Tout le monde était bluffé d’apprendre qu’ils étaient géolocalisables et donc difficiles à revendre. Nous avons placé un container vide en demandant aux « emprunteurs » d’y ramener les outils. Le lendemain matin, le container était plein, avec tous nos outils ! »

 

bottom